Lyon : Gerland – Francheville, le téléphérique des divisions

Publié le 11 janvier 2021

Le président de la Métropole et du SYTRAL, Bruno Bernard a lancé son premier grand projet pour le Grand Lyon.

Comme à Medellin en Colombie, New-York aux Etats-Unis ou encore Brest en France, la capitale rhodanienne a pour ambition d’implanter un téléphérique, entre le quartier de Gerland et Francheville.

Plusieurs cabines d’une capacité de 10 à 12 personnes seraient installées. La liaison aérienne, de 5.6 km pourrait inclure entre 7 et 8 stations. 25 000 voyageurs seraient attendus chaque jour pour une inauguration d’ici 2025.

L’idée ne manque pas de diviser dans l’ouest-lyonnais. Une pétition a récemment été créée par le collectif citoyen “Touche pas à mon ciel !”.

Pour Alain Bavozet, le coordinateur exécutif du collectif : “Le projet de téléphérique tombe du ciel. Cela nous semble très destructeur pour notre environnement et notre patrimoine vert. Plus de 20 % du territoire à Sainte-Foy-lès-Lyon est classé zone verte non constructible. Il est impossible pour un téléphérique avec 17 pylônes mesurant entre 45 et 50 m de haut de s’implanter. Ce projet est aberrant !”

De son côté, le maire de Francheville affirme son soutien au téléphérique. “Le relief de l’ouest de Lyon prédispose à un téléphérique”, relève Michel Rantonnet (LR). “C’est un projet structurant, tant nos voiries sont totalement enclavées et saturées par le trafic automobile.”

Estimé à 160 millions d’euros, le projet du téléphérique coûterait neuf fois moins cher qu’un nouveau métro d’après le SYTRAL. Récemment, une ligne E, déversant l’ouest de Lyon était envisagée.


En cours de diffusion

Titre

Artiste