play_arrow

keyboard_arrow_right

Listeners:

Top listeners:

skip_previous skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
  • play_arrow

    Lyon 98.4 FM

  • play_arrow

    Villefranche 94.7 FM

  • play_arrow

    Bourgoin 97.8 FM

  • play_arrow

    Vienne 95.1 FM

  • play_arrow

    Lyon et Région DAB+

  • play_arrow

    Chalon-sur-Saône 91.1 FM

  • play_arrow

    Saint-Étienne DAB+

  • play_arrow

    Grenoble DAB+

  • play_arrow

    Avignon DAB+

  • play_arrow

    Marseille DAB+

  • play_arrow

    Webradio Tonic Radio Revolution – Only Remix

  • play_arrow

    Webradio Tonic Radio Latino

  • play_arrow

    Webradio Tonic Radio Jazz Clubbing

  • play_arrow

    Webradio Tonic Radio Urban

Baticle : « J’ai été accueilli dans la famille OL »

Entraîneur-adjoint de l'OL pendant dix ans, Gérard Baticle a été nommé entraîneur d'Angers. Pour Tonic Radio, il évoque son départ et sa décennie à l'OL.

Quel est votre état d’esprit en quittant l’OL après dix ans pour devenir numéro 1 à Angers ?
Je le vis comme un aboutissement. J’ai vécu une super décennie à l’OL, dix ans c’est énorme. Rémi Garde m’avait proposé de devenir l’un de ses adjoints. J’étais en charge de la supervision des adversaires et des attaquants. Après son départ, j’ai collaboré avec Hubert Fournier, Bruno Genesio, Silvinho et Rudi Garcia. Soit cinq entraîneurs et sept contrats. C’était une très belle décennie.

Un de ces coachs vous-a-t-il plus inspiré qu’un autre pour l’entraîneur principal que vous allez devenir ?
Je ne peux pas en dégager un plutôt qu’un autre. Ils m’ont tous inspiré, que ce soit des exercices chez l’un, du vocabulaire chez un autre, des animations…Chacun avait des points forts. Peut-être que Bruno Genesio avait une philosophie offensive plus poussée. Silvinho avait une vraie science des coups de pieds arrêtés. Rémi Garde était très fort dans le management et Hubert Fournier était à l’aise dans toutes les situations, il ne perdait jamais sa concentration.

Les staffs lyonnais ont pris des coups ces dernières années. Cela vous blinde-t-il pour le futur ?
Quand on est numéro 2, on est ‘’protégé’’ par le numéro 1. On est avertis mais on ne s’habitude jamais complètement à ça. Mais les coups viennent surtout des réseaux sociaux, moins de la presse qui passe vite d’un match à l’autre. Quand vous êtes dans l’action, vous avez la tête dans le guidon et pas le temps pour prêter vraiment attention à tout ça.

Avez-vous failli quitter l’OL quand Bruno Genesio est parti ?
Avec Bruno, j’étais en effet devenu le numéro 2. Il m’a proposé de le suivre en Chine mais j’avais vraiment envie de continuer à l’OL et de porter une nouvelle ère avec Juninho et Silvinho. Quand il est revenu à Rennes, j’étais bien lancé dans ma vie lyonnaise et dans la saison.

Juninho a expliqué vous aviez proposé un beau projet pour l’OL après le départ de Silvinho. Avez-vous eu le sentiment d’avoir raté le poste de peu ?
Quand Silvinho a été démis de ses fonctions, je me suis retrouvé par la force des choses entraîneur intérimaire sur une courte période. Ma candidature s’est presque imposée d’elle-même. J’ai eu une grosse discussion avec Juninho en évoquant les problèmes de l’équipe ainsi que les solutions que j’imaginais à court et moyen terme. Ma vision était peut-être intéressante pour le club mais un choix a été fait. Il me manquait sûrement quelque chose.

Quittez vous l’OL en bons termes ?
En très bons termes. Ma seule déception est de ne pas avoir atteint l’objectif final cette saison. L’été dernier, on a touché du doigt le très haut niveau avec le Final 8 de la Ligue des Champions. En demi-finale, notre plan de jeu a contrarié le Bayern Munich et cela a failli fonctionner, il nous a manqué de l’efficacité. On en a payé un peu le prix en effectuant un mauvais départ en championnat mais on est revenus. J’ambitionnais le titre mais les défaites dans le sprint final à domicile devant le PSG et Lille nous ont fait perdre la main, non seulement pour le titre mais aussi pour le podium.

Avez-vous été frustré du fonctionnement de Rudi Garcia qui a semblé moins s’appuyer sur le staff historique de l’OL ?
Rudi collaborait avec Claude (Fichaux) et Paolo (Rongoni), c’était ses habitudes et il faut le respecter. On avait peut-être la possibilité d’apporter un peu plus mais il a fait des choix et les choses étaient bien établies.

Vous n’avez pas pris position cette semaine dans la polémique Garcia-Juninho ?
Pour deux raisons. La première est que je suis tourné vers autre chose, je suis focalisé désormais sur mon travail à la tête du SCO. La seconde, c’est une philosophie : on lave son linge sale en famille. Ce n’est pas dans le style de la maison OL en plus. On va dire que c’est un accident.

Allez-vous avoir un pincement au cœur en revenant à Décines avec Angers ?
Mon cœur va toujours être proche de l’OL. J’ai été accueilli dans la famille comme m’a dit un jour Jean-Michel Aulas. J’ai beaucoup appris et adoré cette décennie. L’OL est à la fois une grosse machine mais, quand vous rentrez dedans, vous vous retrouvez au sein d’une famille.

Propos recueillis par Julien Huët

Partager sur

vous aimerez aussi

|

Droits TV : John Textor regrette d’être « presque complètement exclu » du processus

Gala de l’équipe olympique canadienne de natation artistique : début des réservations en ligne ce lundi

Bourgoin-Jallieu : 300 exposants présents au vide-greniers de la Croix-Rouge

Louhans : des gendarmes mobilisés pour distribuer gratuitement des éthylotests aux automobilistes

Inscription newsletter
A propos

Tonic Radio, est une station radio dirigée par Laurent CHABBAT et Charles COUTY dont le siège est à Lyon. Elle diffuse à Lyon 98.4 FM, à Villefranche-sur-Saône 94.7 FM, à Bourgoin-Jallieu 97.8 FM, à Vienne 95.1 FM, à Chalon-sur-Saône 91.1 FM. Tonic Radio est également accessible en DAB+ à Lyon et sa région, à Saint-Etienne, à Grenoble, à Avignon et à Marseille. Retrouvez également le son Hit et Pop Music sur tonicradio.fr et l’application Tonic Radio »