Universités : quel est le plan de rentrée dans la région ?

Publié le 15 septembre 2020

Olivier Dugrip, recteur de Lyon et de l’académie Auvergne Rhône-Alpes mais aussi les présidents des universités ont fait le point en ce début de semaine sur la rentrée 2020 dans les établissements de la région.

C’est dans un contexte sanitaire sans précédent que les responsables des universités de la région ont dû préparer cette rentrée.

Des cours adaptés
Le port du masque est donc rendu obligatoire dans tous les établissements et une distanciation d’un mètre ou d’une place dans les salles de classe devra être respectée. L’hybridation des cours aussi est un des enjeux de cette rentrée avec des cours en classe et d’autres à distance, ce qui implique pour tous l’utilisation de matériel informatique. Certaines de ces mesures ont donc un prix élevé pour des étudiants dont le coût de la vie est déjà élevé et dont la situation financière peut s’avérer précaire. Ainsi, les 94 169 boursiers de l’académie ont vu une revalorisation du montant de leur bourse de 1,2% et la mise en place d’un ticket de restauration à 1€.

Lyon I et Lyon II ont décidé de distribuer des masques
Les universités elles aussi se montrent solidaires puisque l’Université Lyon 1 met à la disposition de tous les étudiants un lot de 10 masques lavables et réutilisables. L’université Lyon 2 inclus un lot de 5 masques au kit de rentrée des étudiants de 1ère année, là où l’Université Lyon 3 assure la distribution de masques aux étudiants boursiers ou en difficulté. Des campagnes de sensibilisation et d’accompagnement sont mises en oeuvre à l’intérieur des campus pour responsabiliser les élèves et le personnel enseignant afin de prévenir d’une éventuelle aggravation de la situation.

Quels plans si la circulation du virus est plus active ?
Si la circulation est plus active, les cours à distance seront préconisés. Les espaces pédagogiques pourraient être fermés mais l’université resterait ouverte.
Le dernier stade serait la fermeture des universités, avec la suspension de l’enseignement en présentiel et la fermetures des laboratoires de recherche.

Une hausse du nombre d’étudiants
Si Olivier Dugrip a tenu à réaffirmer l’attractivité du pole universitaire de la deuxième région de France avec près de 350 000 étudiants, il se félicite surtout de la hausse de la demande d’inscriptions par rapport à 2019. En effet, 106 800 étudiants ont voulu rejoindre une des universités de la région, soit une hausse de +4%. Dans le même temps, il note que plus de 30 000 d’entre eux sont issus d’une autre région de France, ce qui témoigne de l’attrait de cette académie au niveau national.

Cependant, de tels chiffres entraînent forcément une tension sur les filières qui pour certaines d’entre elles reçoivent 10 fois plus de demandes que de places disponibles. Dans le contexte sanitaire actuel, de nombreuses mesures sont nécessaires pour répondre à cette forte densité de population au sein des campus universitaires où il est évidemment souhaité de reprendre les cours le plus normalement possible.


En cours de diffusion

Titre

Artiste